Résidence Gingko, Centre d'art Passages à Troyes, France

Les Asiatiques.

En Asie, lors des cérémonies funéraires, de faux papiers monnaie sont  brûlés dans les temples pour rendre hommage aux défunts, leur témoigner une ultime fois de l’attachement des proches qu’ils laissent derrière eux et les doter richement en vue de leur réincarnation prochaine.
Ces représentations de l’argent sont constituées de simples carrés de papier, avec, collée en leur centre, une mince pellicule métallique. Ces feuillets passent de main en main, sont bénis maintes fois avant de venir orner les urnes. Ainsi les empreintes des doigts, des fronts, des lèvres qui les ont effleurés laissent un instant aux morts une trace des vivants qui les ont aimé. C’est dans cet esprit de trace, à la fois visible et palpable, que j’inscris mes recherches picturales, au fil d’impressions très fortes et au travers d’expériences sensuelles nouvelles.
Le papier est, en Corée, un moyen d’exprimer sa sensibilité. De tradition séculaire, la confection du papier est le support privilégié d’une culture où dessin et écriture naissent de la même gestuelle. De manière plus personnelle ensuite, le choix du papier qui enveloppe un présent est le symbole de l’attention que l’on porte à quelqu’un, plus que l’offrande elle-même. Enfin le papier est utilisé dans les maisons traditionnelles comme cloisons entre les pièces et cette mince pellicule est la seule garante de l’intimité des individus, l’écran de leur vie privée, l’enveloppe protectrice de leurs passions.

 © 2023 by Claire Wastiaux.

  • Claire Wastiaux
  • @clairewastiaux